Tonnerre - Semaine difficile en freelance

Comment ne pas tout plaquer quand tout fout le camp?

Quand on est freelance, y’a des jours comme ça, dans mon cas, il y a même des semaines…où tout ne va pas.

Tu as un projet qui t’es passé sous le nez, tu fais plein d’erreurs, (bien sûr que le client va s’empresser de te dire), ta banque qui te tire l’oreille parce que ton compte est vide, tu as un client en retard de 1 mois 1/2 sur ta facture, tu fais une relance, limite il le prend mal… et cerise sur le gâteau si tu as une petite famille à gérer, elle te tape sur le haricot. Bienvenu dans ta semaine de merde!

Bref, aujourd’hui ça ne va pas et tu as envie de tout remettre en cause. Bonne nouvelle, c’est une bonne chose. Si tu en arrives à ce stade, c’est que tu en as besoin. Plutôt que de s’énerver contre tout et rien, poses-toi et réfléchis.

La pression qui monte, qui monte…

En fait, ça à du bon de craquer. Desfois, il suffit juste de crier ou de pleurer un coup et ça repart!

En fait, c’était juste ton corps, ton état d’esprit qui ne va pas au meilleur de sa forme. C’est connu le malheur appelle le malheur. Du coup, durant ces périodes, décroche un peu. Ferme ton ordinateur, ton agenda, tes carnets. Prends un temps pour toi. Surtout ne prend plus d’appels clients, tu ne ferais qu’empirer les choses. Une fois que tu seras requinquer, tu pourras affronter une situation conflictuelle.

Par exemple, lors de ma semaine de merde, j’avais reçu un mail très désagréable d’un client qui m’a énormément touchée et j’ai fait des erreurs sur un autre client car ma confiance, mes compétences ont été attaquées. Je faisais n’importe quoi. J’ai tout éteint, je suis allée marcher puis récupérer mes enfants, puis lu un livre sur “L’art de motiver”. Cette lecture m’a fait beaucoup de bien. J’ai envoyé un mail en réponse 2 jours après car je cherchais mes mots. J’ai répondu brièvement aux questions et en proposant un rdv téléphonique pour faire le point sur les autres termes du mail car par écrit, j’aurais tout envoyé péter. Tout ça pour qu’une fois au téléphone, il s’est aperçu qu’il avait été un peu abrupte. Merci bien, tu as rajouté à ma semaine de merde, ta pierre! Les choses se sont arrangées alors que le jour du mail, je pensais que j’allais perdre ce client (puis l’autre en passant).

Le moment des regrets

C’est moment là où tu te dis que tu étais quand même bien tranquille à faire tes 35 heures et en avoir au final un peu rien à faire de tout, tu étais payé(e) quand même à la fin du mois.  Tu avais tes weekends et vacances tranquilles alors que maintenant tu travailles un peu tout le temps. Tu avais tes collègues de travail pour t’aider (ou pas) et toutes les fournitures dont tu avais besoin.

Maintenant, si ton ordinateur claque, tu vas devoir vendre un œil, un bras, un rein pour remplacer ton MacBook!

Personnellement et malgré les difficultés, je ne pense plus à cette période car je vis mille fois mieux à mon compte qu’en salariat.

Le manque de temps

L’erreur numéro 1 c’est souvent le manque de temps. Les journées n’ont que 24 heures et on n’est productif d’une petite partie de la journée de toutes façons. Il faut mettre à plat toutes les tâches que tu dois faire pour réaliser ton travail. Réalise un joli petit semainier et tu vas pouvoir écrire pour chaque jour LA tâche à accomplir pour ton client A, B et C comme ça chacun des projets va avancer un peu tous les jours pour au indubitablement s’achever. N’hésite pas à décharger ton cerveau en utilisant des carnets pour booster ta productivité.

Prendre du temps pour soi lorsqu'on est freelance

Repartir de Zéro et abandonner sa fonction de freelance

Et pourquoi pas? Je tiens un blog sur la réussite en tant qu’indépendant mais si à un moment donné, tu ne te sens plus à l’aise dans cette vie, que tu n’as plus le feu sacré, et surtout que tu as de très grandes difficultés financières, tu peux très bien te trouver un contrat pour te permettre de te remettre à flots. D’ailleurs, tu peux retrouver une activité à temps partiel, ce qui te permettra de maintenir ton activité de freelance.

L’avantage c’est qu’en revenant sur le marché, tu vas pouvoir faire valoir ton expérience d’indépendant(e) parce qu’entre l’administratif, la gestion de projet, la relation client et la comptabilité, tu n’es plus tout à fait le/la même qu’en partant de ton dernier boulot. Tu as acquis énormément de compétences et tu as vécu une aventure très difficile. Personne ne te jugera sur l’échec de ton entreprise. Toi, tu as fait quelque chose, tu n’es pas resté(e) sur ton siège à roulettes à attendre le chèque à la fin du mois.

Quoi qu’il en soit, il est très difficile pour une personne qui a connu la “liberté” d’entreprendre de revenir à un poste fixe. La plupart remonte une affaire dans l’année qui suit. La passion doit reprendre le dessus sur la peur d’entreprendre. Et puis, les erreurs de la première entreprise vont servir à l’autre business.

Repenser ses objectifs avant de plaquer son entreprise

Il y a souvent un travail d’analyse à faire avant d’en arriver à refaire son cv. Il faut remonter à la source de tes ennuis de la semaine: Pourquoi j’ai fait cette erreur? parce que j’étais pas concentrée, Pourquoi je n’étais pas concentré(e)? parce que j’étais fatigué(e). Pourquoi j’étais fatigué(e)? etc etc sur 5 niveaux de pourquoi. Comprendre pourquoi votre semaine n’a pas fonctionné tout simplement.

J’ai un projet qui n’a pas été mené comme je le voulais. J’étais hyper touchée, ça m’a paralysé le cerveau pendant toute une journée, j’ai tout remis en cause. Après être remontée dans mes 5 niveaux de pourquoi, je me suis aperçue au final que ce projet n’étais pas vital pour moi, qu’il était d’ailleurs chronophage et pas rémunérateur même dépensier (la totale). En fait, c’était une bonne chose que le projet s’arrête. Il laisse plus de place aux autres voire aux nouveaux !

Et toi, quelles sont tes astuces quand tout va mal?

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

2 commentaires sur “Comment ne pas tout plaquer quand tout fout le camp?

Laisser un commentaire